Soutenance de thèse

Thèse de doctorat en Ecologie et évolution

  Madame Marine BAUJEU
Vendredi 14 juin 2024
à 14 heures 

Lieu : Pôle de Protection des Plantes, CIRAD, 7 chemin de l'IRAT 97410 Saint-Pierre, La Réunion, France
Salle : Océan Indien

Madame Marine BAUJEU soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés " Succès d'invasion et écologie des communautés des espèces de Coccinellidae introduites pour la lutte biologique en milieu insulaire tropical " dirigés par Monsieur Bernard REYNAUD.

Composition du jury proposé :

M. Bernard REYNAUD, Université de La Réunion, Directeur de thèse
M. Thierry HANCE, Université catholique de Louvain, Rapporteur
Mme Laura MOQUET, CIRAD, Co-encadrante de thèse
M. Xavier FAUVERGUE, Institut Sophia Agrobiotech (ISA), Rapporteur
Mme Alexandra MAGRO, University of Toulouse, Examinatrice
Mme Isabelle FOCK-BASTIDE, Université de La Réunion, Examinatrice

Mots-clés :

Psylliphages, Etablissement, Prédation intraguilde, Préférences alimentaire, Structuration des communautés

Résumé : 

Les Coccinellidae, dont le régime alimentaire polyphage inclut la prédation d'insectes Hémiptères phytophages ont suscité de multiples tentatives d'acclimatation pour réguler divers ravageurs. Les psylles, bien qu'étant des proies alternatives ou essentielles, est un régime alimentaire beaucoup plus rare et donc bien moins étudié, Obrycki & Kring (1998) ont rapporté que seulement 10% des introductions intentionnelles ont conduit à un succès d’invasion. Ce faible taux d'acclimatation, conjugué aux risques écologiques associés à l'introduction d'espèces exotiques souligne la nécessité d'une évaluation rigoureuse avant toute introduction planifiée pour le contrôle biologique. L’objectif de cette thèse est d'examiner le processus d'acclimatation des coccinelles sur des îles tropicales, en se concentrant spécifiquement sur les espèces psylliphages. Le premier axe est consacré à une méta-analyse des données historiques relatives aux espèces de coccinelles dans des environnements insulaires tropicaux. Cette étude a pour but de délimiter les traits spécifiques des espèces et les caractéristiques des îles qui influencent la présence et l’établissement des espèces de coccinelles, indigènes ou introduites, dans le contexte de la lutte biologique. Une analyse des données de présence sur 86 îles tropicales réparties dans 11 archipels, ainsi que des données morphologiques et écologiques de 250 espèces de coccinelles, a révélé que les espèces indigènes des îles sont principalement aphidiphages et coccidiphages, mais de petite taille. Cela implique souvent l’introduction délibérée d’espèces plus grandes et donc plus voraces pour la lutte biologique. Toutefois, les espèces de plus petite taille présentent un taux de succès d’établissement significativement supérieur. Le deuxième axe se focalise sur la composition et la structuration des communautés de coccinelles psylliphages en milieu insulaire tropical, La Réunion. Il cherche à identifier les espèces qui se regroupent autour des psylles et celles qui utilisent ces insectes comme ressource alimentaire primaire. Cet axe permet de déterminer les facteurs paysagers, climatiques et de disponibilité des proies qui influencent ces assemblages. Un échantillonnage de 11 sites, deux plantes hôte, Leucaena leucocephala et Acacia heterophylla, de deux espèces de psylles, respectivement Heteropsylla cubana et Acizzia uncatoides a été mené sur deux saisons estivales. A La Réunion, 14 des 28 espèces de coccinelles présentes exploitent la ressource en psylles mais seulement trois l’utilise comme ressource essentielle ou alternative : une polyphage indigène : Exochomus laeviusculus ; une aphidiphage exotique : Coccinella septempunctata et une psylliphage exotique : Olla v-nigrum. Le troisième axe analyse les interactions de prédation intraguildes au sein des communautés de coccinelles psylliphages, avec une attention portée à Harmonia conformis et aux trois autres espèces utilisant les psylles comme ressource essentielle ou alternative déterminées dans le deuxième axe. Cette étude vise à caractériser la symétrie, la direction et l'intensité des interactions de prédation intraguildes parmi ces taxons. Des adultes de Harmonia conformis ont été confrontés à des œufs des trois espèces psylliphages présentes à La Réunion et des adultes de ces trois espèces ont été confrontés à des œufs de Harmonia conformis. Les 4 espèces sont des prédateurs intraguildes seules les espèces de taille équivalente ont une relation symétrique d’intensité modérée. Harmonia conformis montre une relation de prédation intraguilde asymétrique envers la Exochomus laeviusculus. Les conclusions tirées de ces trois axes de recherche sur l'évaluation du potentiel invasif et les interactions intraguildes au sein des communautés psylliphages fourniront des indicateurs clés pour évaluer la faisabilité de la lutte biologique par coccinelles en milieu insulaire tropical.