Thèse de doctorat en Informatique

Monsieur Nathan AKY
Vendredi 6 mai 2022
à 16 heures 

Salle A177
Laboratoire d’Informatique et de Mathématiques
Parc Technologique Universitaire, Bâtiment 2

2 rue Joseph Wetzell 97490 Sainte Clotilde  

La soutenance se fera également en visioconférence via ce lien :
https://univ-reunion-fr.zoom.us/j/87228204980?pwd=N1JlZ3hOTTZIZDE0SVRjQUlpeVhtQT09

ID de réunion : 872 2820 4980
Code secret : 683196

Monsieur Nathan AKY soutiendra publiquement ses travaux de thèse en Informatique intitulés " Apport de l'intelligence artificielle dans le domaine des villes intelligentes : application à l'assistance des personnes à mobilité réduite en milieu urbain " dirigés par Monsieur REMY COURDIER et Monsieur Sylvain GIROUX, en co-tutelle avec l'université "Université de Sherbrooke" (CANADA).

Composition du jury proposé :

M. Rémy COURDIER, Université de La Réunion, Directeur de thèse
M. Sylvain GIROUX, Laboratoire DOMUS - Université de Sherbrooke, Co-directeur de thèse
M. Denis PAYET, Université de la Réunion, Co-directeur de thèse
Mme Valérie CAMPS, Université Paul Sabatier (Toulouse), Examinatrice
M. Etienne PAYET, Université de La Réunion, Examinateur
Mme Hélène PIGOT, Laboratoire DOMUS - Université de Sherbrooke, Examinatrice
M. Kévin BOUCHARD, Université du Québec à Chicoutimi, Rapporteur
M. Flavien BALBO, Laboratoire Hubert Curien CNRS UMR 5516, Rapporteur

Mots-clés : 

Systèmes collectifs adaptatifs,modélisation multi-agents distribuée,simulation hardware-in-the-loop,informatique ubiquitaire,ville intelligente,assistance aux personnes à mobilité réduite

Résumé :

La transformation des villes en « villes intelligentes » est un des objectifs que les gouvernements visent depuis une dizaine d’années. Cette transformation touche à plusieurs aspects de la ville, dont l’éco-citoyenneté, la gouvernance durable ou encore la mobilité intelligente. C’est sur cet aspect que nos travaux se focalisent. En effet, malgré une certaine progression depuis quelques années, les personnes à mobilité réduite sont souvent oubliées dans la question de l’amélioration des déplacements urbains grâce aux technologies de l’information et de la communication. Parmi ces technologies, l’intelligence artificielle englobe plusieurs domaines et est en plein essor. Un de ces derniers, l’intelligence ambiante vise à la conception de services interconnectés interagissant avec l’environnement physique réel pour offrir des services visant à supporter les activités humaines. C’est dans ce contexte que se placent nos travaux : l’étude et la construction d’un système ambiant dédié à l’assistance des personnes à mobilité réduite en milieu urbain. Or, plusieurs verrous contraignent la conception d’un tel système. Tout d’abord, dans ces domaines, nous avons remarqué que le vocabulaire des termes issus de ces domaines était inconstant, et que toute la communauté scientifique n’est pas unanime sur la définition de certains concepts. Notre première contribution consiste en une ontologie, décrite en OWL, qui recouvre l’ensemble des éléments et concepts nécessaires à la conception de ce type de systèmes. Ensuite, plusieurs études scientifiques actuelles soulignent le manque de modèle d’architecture générique pour de tels systèmes. Ce faisant, la myriade de solutions proposées dans ce domaine souffre de limites fortes sur le plan de l’interopérabilité et de la réutilisabilité des travaux. C’est pourquoi notre deuxième contribution se traduit en un modèle générique facilitant la conception de tout type de système ambiant dédié à l’assistance. Ce modèle s’appuie sur l’ontologie proposée, tout en gardant les utilisateurs au centre du modèle. Enfin, il a été remarqué que les systèmes ambiants dédiés à l'assistance sont déployés de manière ad-hoc. Soit en simulation, en évaluant statistiquement les sorties du système. Soit en milieu réel, où l'évaluation du système se fait par la même observation statistique des sorties, ou par un questionnaire d'évaluation soumis aux utilisateurs. Nous proposons une approche originale de mise en œuvre de tels systèmes. D'une part, cette dernière se base sur une mise en opération du système par simulation hybride, sur laquelle les éléments réels sont ajoutés progressivement, jusqu'à un déploiement en milieu réel complet. D'autre part, dans le but d'évaluer l'impact direct du système, nous proposons l'analyse de son impact par les outils issus du domaine de l'analyse du réseau social des utilisateurs.