Leonor GIRARD, collégienne, en stage d'observation en milieu professionnel

Laboratoire GÉOSCIENCES RÉUNION | LGSR – UMR7154

 

Reportage photo - © ah-pet delacroix – finizola – mars 2021

 

LEONOR,

Tu as quel âge ?  13 ans et demi

Tu es en quelle classe ?  3e 

 

Pourquoi as-tu choisi le laboratoire GÉOSCIENCES pour ton stage d’observation ?

Le 21 septembre 2020 a eu lieu un grand séisme à La Réunion. J’ai vu un reportage à la télévision et cela m’a vraiment intéressée. J’avais beaucoup de questions. Ma mère m’a mise en relation avec Monsieur Finizola.

 

 

 

 

Qu'as-tu découvert ? Énormément de choses.

• J’ai pu préparer des échantillons des roches/poteries/… pour en faire des lames minces et ainsi effectuer des analyses au microscope. • On m’a expliqué et fait voir la formation du volcan à Mayotte • Les doctorants du laboratoire m’ont parlé de leurs missions océanographiques. • J’ai assisté à un TP (travaux pratiques) où les étudiants identifiaient les minéraux à partir des caractéristiques qu’on leur avait fournies. • Nicolas Villeneuve, géographe et géologue m’a représentée en modèle 3D et m’a expliquée qu’avec ce procédé il pouvait délimiter les coulées. Camille, jeune docteure en cartographie, m’a parlé et montré son travail sur le terrain. • Bhavani en post doc (post-doctorat) m’a expliquée comment elle cherchait les sources chaudes à La Réunion. • Anthony Finizola m’a acceptée dans un TD sur la volcanologie.  • J’ai rencontré Alix en post-doc qui a effectué sa thèse en Indonésie sur l’hydrogéologie. • Dans une heure, les étudiants de L3 en Sciences de la vie me montreront des lames minces de bois.

Anthony Finizola présent à la discussion, nous explique que l’analyse de ces lames de bois permettra d’effectuer une datation des coulées. Il n’y a pas de méthode de datation en effet pour les roches trop récentes n’ayant que quelques centaines d’années. L’analyse de la végétation colonisatrice des coulées permettra d’obtenir une estimation de l’âge de ces coulées.

Ce stage te permet-il de choisir ton orientation ? ou non ? pourquoi ? Oui et non. Mon idée est de devenir enseignant-chercheur en faculté. Mon idée première m’oriente vers la biologie. Ce stage en géologie me donne une expérience enrichissante ............................................................................................

 

 

Que retiens tu ? de POSITIF TOUT.....................................................................................

DE NÉGATIF RIEN

proclame spontanément Léonor avec un sourire malicieux dans les yeux....

Anthony,

Tu reçois Léonor, élève de 3e dans quel objectif ?  J’ai l’habitude et l’envie d’avoir des échanges avec les élèves du primaire et des collèges. Le laboratoire Géosciences possède aussi cette dynamique d’échanges et de partage en nous faisant participer par exemple aux Olympiades ou encore La fête de la science en présentiel (j’insiste). C’est toujours un moment privilégié de permettre à l’ensemble des collègues de faire découvrir en présentiel les enjeux de nos activités à un jeune. Ce stage est une belle d’opportunité pour Léonor et pour nous dans les domaines de l’enseignement, de la recherche et des relations humaines. .....................................................................

.............................................................................................................................................

En +

EN +

Parcours d’un enseignant-chercheur – Parcours d’Anthony.

 

Anthony Finizola, niçois, décide d’effectuer son master à Clermont Ferrand. Il aurait voulu faire un stage pendant les vacances de juillet-août, en métropole mais cela n’a pas été possible. Le volcan actif le plus proche, c’est Isola di Stromboli une île volcanique d’Italie. Deux enseignants-chercheurs de Clermont-Ferrand lui proposent une thématique chacun. Le premier, effectuer des enregistrements en sismologie et acoustique, mais le matériel est trop lourd à transporter pour 2 personnes. Le second, lui demande de travailler sur une méthode électrique de polarisation spontanée, c’est ce qu’il entreprend. Il fait donc son stage, à sa demande. Cela lui donne une longueur d’avance sur tous les autres prétendants à s’inscrire pour travailler sur un sujet de master fait pour lui sur-mesure. Trois ans après, il poursuit sa recherche en tant que CSN (Coopérant au Service National) avec l’IRD en volcanologie au Pérou, et poursuit ensuite en thèse à Clermont-Ferrand puis en post-doctorat, à Naples puis à Palerme en Italie.

Il est aujourd’hui Maître de conférences à l’Université de La Réunion, au sein du Laboratoire GéoSciences Réunion, et il enseigne diverses matières des Sciences de la Terre dont certaines appliquées à la volcanologie.

 

Anthony insiste sur le fait qu’il faut être le plus tôt possible actif dans son cursus universitaire, pour être ainsi moteur de son projet. Trouver sa passion. Ce sont les clefs de la réussite.

 

 

Biographie

Anthony Finizola, PhD, est à La Réunion depuis 2005.

Il est Maître de Conférences au Laboratoire GéoSciences Réunion, spécialisé dans l'étude de la circulations de fluides au sein des édifices volcaniques.
A. Finizola a participé à la gestion de 2 crises éruptives : 2002-2003, Stromboli en Italie et 2008-2009, Soufrière Hills à Montserrat. Il a travaillé sur divers volcans de la planète : Piton de la Fournaise(La Réunion), Karthala (Comores), Yasur (Vanuatu), Soufrière (Guadeloupe), Soufrière Hills (Montserrat), Stromboli, Vulcano, Vésuve, Etna (Italie), Teide et La Palma (Canaries), Misti, Ubinas, Sabancaya et Huaynaputina (Pérou), Santa Maria-Cerro Quemado-Zunil (Guatemala), El Salvador et Santa Ana-Cerro Verde-Izalco (San Salvador), et La Malinche (Mexique).
https://www.researchgate.net/profile/Anthony_Finizola
Scientific diffusion with:  www.4scienceprod.com/

+ d'infos

https://sciences.univ-reunion.fr/formation
https://sciences.univ-reunion.fr/recherche